Bénin

Angela, l’activiste des droits de la femme justifie son silence dans l’affaire mari tué à coup de hache

L’investigateur 16/07/2022 à 15:45

Le Samedi 09 juillet 2022, une dame a tué son époux à coup de hache dans la commune d’Abomey-Calavi. Une affaire qui a suscité assez de tollé sur les réseaux sociaux. Activiste des droits de la femme, Angela Kpeidja a été interpellée par des médias.

Si pour certains médias, la journaliste qui se bat pour la cause de la femme ne doit guère se taire dès lors qu’il s’est agi du cas d’un homme, pour l’intéressée, l’affaire est déjà pendante devant la justice et on se devait de garder le silence. Dans un post comme elle en a l’habitude, la présidente de « l’ONG n’aie » pas peur s’est justifiée. Lire sa motivation.

Elle aurait froidement achevé son époux en plein sommeil ! J’avoue que ce crime macabre m’a interpellée autant que tous les autres perpétrés sur des femmes. Pour dire qu’en réalité, aucune vie humaine n’est au-dessus d’une autre.

Je voudrais tout d’abord compatir à la douleur des familles parentes et alliées éplorées. Ce sont des extrêmes hautement déplorables car la vie est sacrée !

| Lire aussi : Sédami Fagla : réaction de la députée à l’affaire décès d’un homme tué par son épouse à coups de hache

| Lire aussi : Bénin : faux procès aux activistes des droits de la femme dans l’affaire mari égorgé par son épouse !

Cependant, au moment où l’affaire a éclaté, l’épouse auteur du crime s’est rendue librement à la Police. Et quand des faits sont déjà devant les Tribunaux, devrions-nous (justiciables et citoyens) laisser les spécialistes s’en occuper ou livrer la présumée criminelle à la vindicte populaire par tous les moyens ?

Mon humble avis est qu’il n’y a pas de lois spécifiques aux hommes et d’autres aux femmes. Une infraction reste une infraction qu’elle soit commise par un homme ou une femme. De même, un crime reste un crime qu’il soit commis par un homme ou une femme.

Par ailleurs, la peine de mort est abolie dans notre pays. Que voulez-vous donc ? Qu’elle soit froidement abattue à son tour ? Ou que la justice s’en occupe comme elle le fait déjà ?

Qu’auriez-vous fait si vous étiez à la place des parents de la présumée criminelle ? Vous est-il arrivé un instant, de vous poser ces questions ? Rien ne peut justifier un meurtre, mais la sagesse exige d’avoir les bons détails avant de se prononcer. L’affaire est toujours pendante devant les juridictions…

Qu’il s’agisse de l’homme ou de la femme, tout criminel a droit à un avocat et à la protection. En plus, dans notre pays, il y a des lois qui protègent contre le cyber-harcèlement. Suivez mon regard …

Ne cédons pas à la déshumanisation de notre société !!!!

#AngelaKpeidja #naiepaspeur #Brisdesilence




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer