Actualité

Assemblée nationale : les attentes des députés après le débat d’orientation budgétaire sur la loi des finances 2023

Rollis HOUESSOU 1er/07/2022 à 12:40

L’Assemblée nationale a fait cas de ses préoccupations au gouvernement lors du débat d’orientation budgétaire de l’année 2023, en prélude aux lois des finances. Les parlementaires sont préoccupés par les dispositions que l’exécutif entend prendre pour la maîtrise de l’inflation des prix sur le marché.

Entre autre attentes des députés du gouvernement après le débat d’orientation budgétaire sur la loi des finances 2023, il y a la nécessité d’accompagner de mesures sociales dans la mise en œuvre des réformes ; l’impact de l’utilisation des ressources d’emprunt sur la vie des populations ; les clarifications sur les investissements financés par les ressources issues des dettes contractées par le Bénin ; la nécessité de prévoir dans le budget 2023, l’augmentation du Smig et l’amélioration des salaires et des pensions ; la nécessité de soutenir le secteur du tourisme en accordant plus de facilités aux promoteurs ; les mesures prises par le gouvernement pour atténuer les effets de la famine qui se profile à l’horizon ; l’évolution de l’impact des mesures prises pour contenir l’exportation des produits vivriers vers les pays de la sous-région ; la nécessité de prioriser les secteurs de l’éducation et de la santé, dans l’orientation des politiques budgétaires ; la mise en place d’une cellule de veille stratégique en vue d’assurer la résilience de l’économie béninoise ; le bilan des impacts des réformes, secteur par secteur, sur les conditions de vie des populations ; la nécessité de mettre en place un système intégré de gestion des cotisations sociales entre la Caisse nationale de sécurité sociale et la Direction générale des impôts ; les mesures envisagées au profit des établissements scolaires et des Pme, dans le cadre de la mise en œuvre des réformes ; la nécessité de préserver la continuité des prestations de la Cnss dans l’utilisation par l’Etat, des cotisations sociales à des fins d’investissement.

À ces préoccupations, le gouvernement représenté par le ministre d’État Romuald Wadagni a donné quelques réponses. À l’en croire, " Il y a que nous devons rester premiers dans les domaines où nous avons excellé et le déficit d’industrialisation c’est-à-dire le déficit de transformation des produits agricoles. Ces deux commentaires qui ont démarré les échanges résument largement le 3ème sujet qui est pour moi le volet social. Face à la crise, nous maintiendrons nos efforts, il s’agit de la vie de nos populations", a assuré le ministre de l’économie et des finances. Il a également fait savoir que la politique économique sur la période 2023-2024 sera orientée vers deux axes principaux que sont là consolidation des acquis du PAG 2016-2021 et les stratégies du Plan national de développement (Pnd) 2018-2025.

| Lire aussi : Bénin : 16 dossiers inscrits au rôle à la séance plénière de la Cour Djogbenou demain

Aussi, le parlement a recommandé au gouvernement, la préservation de la continuité des prestations de la Cnss dans l’utilisation par l’Etat, des cotisations sociales à des fins d’investissement ; de la mise en place d’un système intégré de gestion des cotisations sociales entre la Caisse nationale de sécurité sociale et la Direction générale des impôts ; de l’établissement du bilan des impacts des réformes, secteur par secteur, sur les conditions de vie des populations ; et enfin de la prévision dans le budget 2023 de l’augmentation du Smig et l’amélioration des salaires et des pensions.

| Lire aussi : Bénin : Talon distribue les sièges aux bénéficiaires au conseil d’administration de la CNSS

Rappelons que le rapport de la commission des finances et des échanges de l’Assemblée nationale présenté par le député Gérard Gbénonchi a indiqué qu’il est attendu en fin d’exécution de la loi de finances, gestion 2022, un déficit de 483 milliards de FCfa contre 636,1 milliards prévus dans la Loi de finances rectificative, gestion 2021. Pour l’année à venir, 1739 milliards de FCfa, soit une hausse de 10,5% par rapport à 2022 sont envisagés.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook