Bénin

Atrokpo : le Conseil de supervision donne des soucis à l’ancien maire, possible futur client de la Bef

L’investigateur 17/08/2022 à 12:01

Le bras fer entre le maire de Bohicon Ruffino d’Almeida et son prédécesseur Luc Sètondji Atrokpo est loin de connaître son épilogue. Après la scène offerte gracieusement par les deux autorités au stade Paulin Tomaga, lors d’une finale d’un match de football, il y a quelques jours, l’actuel maire de Bohicon a décidé de ne baisser la garde. Et pour cause !

En effet, c’est après le problème entre les deux maires en présence du ministre des sports Oswald Homéky que le maire Rufino d’Almeida a décidé de commanditer un audit pour voir clair dans la gestion de son prédécesseur.
La gestion par le passé du président de l’Association Nationale des Communes du Bénin(ANCB), Luc Atrokpo préoccupe le Conseil de supervision. Le maire de Cotonou, au cas où il détiendrait des cadavres dans son placard, va se retrouver devant la Brigade économique et financière (BEF). Une situation qui est très loin de nous.

| Lire aussi : Georges Weah  : trois proches du président libérien accusés de corruption par les Etats-Unis, poussés à la démission

Mais, majoritaire composé de conseillers élus du Bloc républicain, toute décision souhaitée par le maire Rufino d’Almeida lui aussi BR passe comme une lettre à la poste au sein du Conseil de supervision. Ce dernier opte pour un audit, susceptible de conduire au cas où il y aurait eu des impairs, le maire de Cotonou devant la BEF. Ce qui pourrait être interprété comme une vengeance, un règlement de comptes du maire Ruffino d’Almeida contre le maire de Cotonou, Luc Sètondji Atropko, après l’incident au stade Tomanaga, rapporte le Journal Le Potentiel. C’était le samedi, 06 août 2022, lors de la finale d’un tournoi de football organisé en mémoire de feu Paulin Tomanaga, ancien maire de Bohicon. Les vidéos de la scène montraient l’actuel maire de la ville carrefour très fâché, sous les yeux du ministre des Sports, Oswald Homeky. Luc Sètondji Atrokpo (UP) est soupçonné d’avoir entamé une campagne précoce.
Ulrich ZINSOU (Stag)




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer