Actualité

Bénin : les chefs de partis doivent faire attention aux ralliements de dernière seconde pour les positionnements aux législatives

L’investigateur 20/06/2022 à 10:05

Aussitôt venus, aussitôt servis en commençant par les bons positionnements sur les listes électorales’’. Cette obsession politique basée sur le matériel, c’est-à-dire le pouvoir d’argent, semble-t-il, n’est pas totalement bannie de la mentalité des transfuges atypiques.

En dépit des changements qualitatifs imprimés par les réformes du système partisan, il existe toujours des élans d’indécence politique. Subordonner son adhésion à un parti politique, qui plus est, un grand ensemble politique, à son positionnement sur une liste afin de participer à une élection dans 6 mois, se révèle comme une ambition démesurée, sans lendemain. C’est comme si, comme le chante le célèbre artiste Alèkpéhanhou, " l’on entreprend de quémander du sel, de ménage en ménage, pour préparer la tête de bœuf’’ Certes, en tant qu’acteur politique, il n’y a rien d’illégitime à faire son adhésion à un parti politique de son choix, même à la veille d’une échéance. Pourvu que le ridicule ne vous tue pas. Mais de là à se positionner aussitôt comme le ’’Agbonnon’’ du parti, frise de la provocation. ’’On ne se réveille pas d’un profond sommeil pour demander de partager trois, trois’’. Dans un parti politique, il faut faire du chemin. Ceux qui n’ont fait aucun chemin et qui ont été promus de cette façon, à la va-vite, ont toujours déçu avec une insolence notoire dans l’exercice dudit pouvoir. Les temps ayant changé, les mœurs politiques doivent également changer. Avec les ouvriers de la 25ème heure, on continue de leur dire de rester à la salle d’attente. C’est pourquoi on se demande ce qui en sera des new-comers. Quel crédit accordé à ceux de la dernière seconde qui font des ralliements tous azimuts assortis d’une obsession de ravir la vedette à ceux qui étaient en place avant eux. Si avec les partis d’obédience intermédiaire la chose est compréhensible, avec les grands ensembles politiques comme l’UP et le BR dont plusieurs leaders attendent d’être promus, ce ne serait pas une sinécure.

| Lire aussi : Talon : "aller aux législatives, c’est réglé le problème de dictature sous le président", selon Les Démocrates

Au demeurant, les responsables des partis politiques d’accueil des nouveaux adhérents doivent veiller au grain pour ne pas recruter des lourds dans leur bergerie.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer