Bénin

Cour constitutionnelle : ‘’Djogbénou devrait démissionner après les premières gaffes’’, selon Richard Boni

Rollis HOUESSOU 13/07/2022 à 20:25

Le politologue béninois résident au Canada, Richard Boni Ouorou a analysé la démission de l’ancien président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbenou. Il pense que ce départ a accusé de retard et fait ressortir les deux raisons qui peuvent expliquer cette décision.

La démission de l’ancien président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbenou devrait arriver un peu plus tôt, selon le Politologue Richard Boni Ouorou joint au téléphone par un média de la place. "Je comprends très bien la démission du Me DJOGBENOU. Pour moi, cette décision intervient un tout petit peu en retard… Cette décision de démissionner devrait intervenir depuis les premières heures où il a fait quand même beaucoup de gaffes… il faut se rappeler les gaffes concernant les lois qui ont été votées… Ces lois que les Béninois ont jugées de scélérates. Depuis ce moment, Monsieur Djogbénou devrait déjà démissionner. Cette décision intervient assez tard. Elle intervient aujourd’hui, nous en prenons acte", a-t-il répondu. En ce qui concernant la finalité, le Professeur trouve particulièrement deux finalités " Soit Monsieur Djogbénou démissionne pour se présenter à une élection législative et prendre le perchoir… ce qui est à mon avis serait fait preuve de peu d’ambition de sa part parce que quand on a de l’ambition dans la vie, on ambitionne gravir des échelons, on n’ambitionne pas reculer. La cour constitutionnelle a plus de prestance que le perchoir de l’assemblée nationale du moment où la cour constitutionnelle est le dernier rempart en matière de juridiction dans notre pays", Donc pour lui, " laisser la présidence de la cour constitutionnelle pour aller chercher le perchoir de l’assemblée nationale ce serait reculer de mon point de vue", estime-t-il.

| Lire aussi : Cour constitutionnelle : le président Joseph Djogbénou démissionne

L’option la plus probable "ce serait d’aller chercher un mandat national donc d’aller se positionner pour une élection présidentielle. Eh bien à ce moment là aussi, on l’attend de pied ferme parce que pour 2026, nul ne sera en manque comme pour 2021", rappelle le politologue. Monsieur Patrice Talon avait lui-même dit :" même ceux qui ne pourront pas aller à l’élection en 2021, je leur promets d’aller à l’élection en 2026… "Ça veut dire, explique le politologue" qu’il savait déjà lui-même en tant que Monsieur Patrice Talon, il savait très bien que pour 2021 il avait déjà filtré les choses. Il faisait en sorte que personne n’aille à l’élection, que ce soit lui seul." Donc il martèle que si "Monsieur Djogbénou veut faire partie de cette élection, Eh bien il viendra faire la promotion de la ruse et de la rage et d’autres candidats viendront faire la promotion de la bonne gouvernance et du développement", a-t-il conclu.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer