Bénin

Djogbénou : « C’est maintenant que commence sa carrière politique », selon un prêtre catholique

L’investigateur 26/07/2022 à 22:36

Le nouveau président de l’Union Progressiste, le Professeur Joseph Djogbénou demeure au cœur de l’actualité nationale. Surtout après sa démission de la Cour constitutionnelle suivie de son ascension à la tête de l’Union Progressiste.

La démission de l’ancien président de la Cour constitutionnelle, Joseph Djogbénou continue de susciter assez de tollé. A la faveur d’une interview accordée au journal La Croix dans son N° 1668, le père Eric Aguenounon y est allé de son commentaire. A l’en croire, c’est maintenant que commence la carrière politique du nouveau président du parti Union Progressiste (UP). Dans son développement, il a laissé entendre que l’ancien avocat reste et demeure un pion essentiel de la Rupture. Partant de ce fait, il conclut que sa démission ne doit pas étonner. Très obéissant, le Professeur Joseph Djogbénou a connu d’ascension sous le Chef de l’Etat. Donc, vu son dynamisme il ne peut qu’être utilisé à des postes clés, selon père Eric Aguenounon, prêtres catholique, analyste politique et écrivain –essayiste.
En décidant de le mettre à la tête du parti UP, le Chef de l’Etat a voulu de son immersion, selon l’invité de « La Croix du Bénin », et c’est aussi une façon de lui permettre de commencer sa carrière politique après avoir été utilisé à des postes clés qui ne lui ont pas été toujours favorables.

| Lire aussi : Tchané : le remplacement du Secrétaire général national envisagé au sein du Bloc Républicain ?

Au cours de l’entretien le père est revenu sur le « fameux certificat » de conformité que la Cour constitutionnelle, sous les ordres du Professeur, réclamait aux partis, en l’occurrence ceux de l’opposition qui peinaient à l’avoir, et du reste, exclus des législatives 2019. En conclusion, il reconnaît que le Professeur a été le curseur utilisé par la mouvance pour en arriver à dribbler ses adversaires sur le terrain.

| Lire aussi : Talon : le président invite ses prédécesseurs à l’inauguration des nouveaux monuments le 30 juillet ?

Donc, après le travail abattu à la Cour constitutionnelle, estime le prêtre, il est normal qu’il vienne sur le terrain politique, une façon de laver l’image que beaucoup d’acteurs gardent de lui. Dans son souhait d’aspirer à la plus haute fonction de l’Etat, père Aguénounon l’invite à marcher sur des œufs d’autant plus qu’il n’est pas le seul proche du Chef de l’Etat, à avoir cette ambition.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer