Bénin

Djogbénou : voici l’intégralité du discours du Professeur à la naissance du parti UP Le Renouveau

L’investigateur 23/08/2022 à 13:13

Au congrès ayant consacré le fusion entre l’Union Progressiste et le Parti du Renouveau Démocratique, le Professeur Joseph Djogbénou a livré un discours dont voici la teneur.

𝗖ERE𝗠𝗢𝗡𝗜𝗘 𝗦𝗢𝗟𝗘𝗡𝗡𝗘𝗟𝗟𝗘 𝗗𝗘 𝗙𝗨𝗦𝗜𝗢𝗡 𝗗𝗘 𝗟’𝗨𝗡𝗜𝗢𝗡 𝗣𝗥𝗢𝗚𝗥𝗘𝗦𝗦𝗜𝗦𝗧𝗘 𝗘𝗧 𝗗𝗨 𝗣𝗔𝗥𝗧𝗜 𝗗𝗨 𝗥𝗘𝗡𝗢𝗨𝗩𝗘𝗔𝗨 𝗗𝗘𝗠𝗢𝗖𝗥𝗔𝗧𝗜𝗤𝗨𝗘
𝗗𝗜𝗦𝗖𝗢𝗨𝗥𝗦 𝗗𝗘 𝗟𝗔𝗡𝗖𝗘𝗠𝗘𝗡𝗧 𝗗𝗨 𝗣𝗔𝗥𝗧𝗜 « 𝗨𝗡𝗜𝗢𝗡 𝗣𝗥𝗢𝗚𝗥𝗘𝗦𝗦𝗜𝗦𝗧𝗘 𝗟𝗘 𝗥𝗘𝗡𝗢𝗨𝗩𝗘𝗔𝗨 »
𝗝𝗢𝗦𝗘𝗣𝗛 𝗗𝗝𝗢𝗚𝗕𝗘𝗡𝗢𝗨
Il est une évidence des sociétés politiques contemporaines qu’il n’existe de grands Etats sans grand dessein politique ni de grandes démocraties sans grands partis politiques.
Monsieur le Président Adrien HOUNGBEDJI, vous dont la passion pour l’Etat n’a d’égal que votre sens de justice sociale et de liberté ; vous pour qui le renouveau est fondamentalement démocratique parce que la démocratie est souffle de renouveau ; vous pour qui la politique a pour sens la conscience de l’Etat et la défense des citoyens ;
Monsieur le Président Bruno AMOUSSOU, vous dont les murmures diurnes et quelques fois nocturnes dont vous nous honorez, autour des péripéties politiques et des actions salvatrices nécessaires à l’existence et au développement de notre pays et de l’Afrique, élèvent encore à notre conscience le patriotique devoir de rassemblement, d’union et de progrès au service de la veuve en chacun des citoyens et de l’orphelin dans la vie de tous ;
Mesdames et messieurs les dignitaires de l’Union progressiste et du Parti du Renouveau Démocratique,
Mesdames et messieurs les militants, citoyens engagés dans les formations politiques en fusion et en union, héritiers de la riche culture politique de notre pays,
Nous voici dans notre capitale si distinguée par trois noms si précieux, ADJATCHE, HOGBONOU et PORTO-NOVO,
Nous voici, toutes et tous rassemblés, dans notre ville, symbole d’une indépendance revendiquée et d’une liberté éclairée,
Nous voici tous ensembles venus, dans cette ville où naquit Joseph Sourou Migan APITHY, et d’où, avec Hubert MAGA, Justin Tomety AHOMADEGBE, furent tracés les sillons difficiles de notre destin politique,
Nous voici, désormais ensemble dans la chaîne d’union politique pour le progrès, nous membres de l’Union progressiste et du Parti du Renouveau démocratique, mus par le grand dessein du développement de notre patrie, la grandeur de notre démocratie et déterminé à les réaliser dans le cadre d’un parti politique encore plus grand !
Madame la Vice-Présidente de la République,
Monsieur le Président de l’Assemblée nationale,
Mesdames et messieurs les membres du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les députés à l’Assemblée nationale,
Mesdames et messieurs les responsables des partis politiques,
Mesdames et messieurs, chers compatriotes venus si nombreux, d’une diaspora si dispersée mais si attachée à sa racine et au combat de son peuple ;
Distingués invités,
Si l’Etat est une construction politique dynamique, tendue vers la garantie de la satisfaction des besoins essentiels et existentiels de ceux qui vivent et la constitution d’une source providentielle au profit de ceux qui naîtront, la qualité de cette construction est tributaire de la qualité du cadre de l’offre politique qu’organise le système partisan.
Plus le cadre politique est déficient, plus l’offre politique est impertinente et incapable de satisfaire le droit inaliénable à l’épanouissement complet des individus et des groupes.
Plus le cadre politique est efficient, plus adaptée et prodigieuse est l’offre politique capable de créer les conditions sécurisées de vie.
Or, jadis et aujourd’hui, à bien des générations d’Africains on enseigna et on enseigne que nos royaumes et nos groupes ethniques se furent opposés, se furent combattus, se furent trahis.
Or, jadis, et encore aujourd’hui, à bien des générations d’Africains, on a exposé et on expose encore le génie des acteurs qui ont réussi à réaliser l’unité italienne, allemande, espagnole, française ou portugaise et le progrès du monde ; alors qu’il n’a échappé à personne que la démocratisation des années 90 a conduit nos Etats à réveiller et célébrer les différences et parfois même les oppositions historiques entre les régions et les religions, les ethnies et les villages.
Le système partisan s’est progressivement inscrit dans cette dynamique, détruisant tout effort de réflexion, d’union et d’action collective pour construire notre pays, édifier une nation qui se mobilise autour de nos défis majeurs de réappropriation de l’initiative historique, de dignité humaine, de justice sociale et de gestion rationnelle de notre environnement naturel, culturel, technologique, économique.
De même, au lieu de travailler afin de préserver ou de créer la richesse, nous avons succombé à la tentation de faire de la politique un moyen de dilapidation de nos ressources, de leur répartition et de leur distribution arbitraire et discriminatoire. Instrument organisationnel d’un tel déclin, les micro-partis politiques ne pouvaient plus recevoir l’onction sociale et politique.
Si ce n’est que pour cette seule raison, la réforme du système partisan est salutaire et engage chacun à poursuivre la rupture d’avec nos tentations politiciennes et présenter à notre peuple des offres politiques à la hauteur de ses aspirations.
C’est pourquoi, dans la ligne indiquée depuis 2018, à notre patiente et tout aussi entreprenante initiative, monsieur le Président Adrien HOUNGBEDJI, les instances délibérantes compétentes du Parti du Renouveau Démocratique et de l’Union progressiste ont choisi d’emprunter le chemin de l’efficience politique et répondre avec pertinence à la détermination de leurs militants et sympathisants de contribuer qualitativement au renouvellement ainsi qu’à la réalisation de l’offre politique.
A la vérité, le Parti du Renouveau Démocratique et l’Union progressiste ont été les artisans majeurs de la réforme du système partisan, d’autant plus que leurs membres et dirigeants ont mesuré l’ampleur des dégâts provoqués par les dévoiements du multipartisme proclamé, à juste titre, à la Conférence nationale des Forces Vives de la Nation de février 1990.
La comparaison des valeurs de références, des idéologies et des positionnements politiques des deux organisations ne montre pas que des convergences. Elle révèle très souvent, des identités parfaites.
Dans ces conditions, pourquoi ne pas dépasser les différences factices, pourquoi ne pas aller au-delà des replis à peine compréhensibles ? Pourquoi rester deux, alors qu’on peut faire un.
Vous avez alors décidé par l’exemple, d’établir qu’on peut aller plus loin en étant un.
En un peu plus de deux semaines, nous avons soumis nos instances aux épreuves des concertations soutenues et de vives discussions. Elles nous ont soumis à celles des questionnements et de la justification de l’entreprise.
Nous avons, de part et d’autre, sollicité, souhaité, exigé, renoncé, concédé, revendiqué sans jamais nous éloigner de la ligne tracée.
De part et d’autre, nous avons proposé, amendé, formulé, reformulé, souligné, relevé sans jamais nous écarter des perspectives de la mise en commun de nos talents pour construire des communs pour la Nation, tant il est vrai que pour construire la Nation, il faut construire des communs.
De part et d’autres, nous avons reçu autant d’alertes à la prudence que de soutiens, autant de reproches que d’encouragement.
De part et d’autre enfin, nous avons décidé d’accepter de nous mettre ensemble, de fusionner nos deux formations politiques par voie de mutation en une formation plus engageante, plus forte, plus en capacité de nous faire assumer nos choix politiques et de nous permettre de les réaliser ; une formation politique riche de nos expériences et de notre ambition de servir l’Etat et les citoyens ; une formation qui assume encore plus la nécessaire Union, une formation qui a une foi irréversible dans le progrès, une formation qui s’inscrit davantage dans le Renouveau.
L’Union progressiste le Renouveau n’est par seulement le marqueur de la centralité sociale-démocrate de notre positionnement idéologique. Elle est, dans son mouvement, dans son apport et dans sa détermination, la condition de la construction durable d’un développement inclusif au plan économique et social, offensif au plan politique et stratégique, panafricain au plan des perspectives régionales.
Mesdames et messieurs,
Parce que le développement d’un Etat et d’une nation en construction a pour condition la capacité de sa classe politique à se rassembler pour enrichir les solutions politiques, par la mutualisation de l’intelligence de ses membres, de leur appétence, de leur compétence, de leur expérience et de leur espérance, celle de notre pays et des Etats africains ne peuvent s’extraire pour longtemps encore de ce défi de nos temps.
Parce que notre démocratie ne peut se réduire à une animation folklorique de la vie politique, la détermination de l’Union progressiste le Renouveau est entière à encourager la mise en œuvre audacieuse de notre système partisan.
Parce que la responsabilité du politique est de définir et d’assumer des choix politiques quoique difficiles, nécessaires pour la satisfaction des besoins vitaux des individus et des groupes et le rayonnement de l’Etat, l’Union progressiste le Renouveau renouvelle et renforce son soutien au programme d’action du gouvernement et s’engage à créer, avec rigueur, compétence et sagesse, les conditions de la pérennisation des orientations stratégiques.
Mesdames et messieurs,
Pour beaucoup, nous vivons l’un de ces mystères que la politique entretient avec l’histoire, en ce que si le processus ayant conduit à l’événement que nous célébrons est bien politiquement raisonnable, le résultat échapperait à la raison : en quelques jours, ce qui est attendus depuis des années se noue et se dénoue, avec lucidité et responsabilité.
Il est possible que la confiance entre les responsables soit porteuse d’une alchimie positive ou que la conscience des défis majeurs de politique interne et internationale soit l’énergie impulsive du dépassement de soi.
A la vérité, il n’y a pas d’échec dans le temps historique. Aussi bien que c’est à l’ancienne corde que l’on tisse la nouvelle, aussi avéré est la contribution de toutes les initiatives tentées, suspendues ou reprises à la célébration des résultats de ce jour.
Nous ne sommes que porteurs des efforts que vous tous, personnalités politiques ayant forgé la politique dans notre pays, depuis l’historique conférence des forces vives de la Nation, avez inlassablement fournis dans le sens de l’Union. Nous n’avons pas d’autres mérites que de recueillir le fruit dont vous avez assuré le murissement.
A l’annonce de l’initiative, le reflet du passé a sans doute rendu beaucoup inquiets, certains dubitatifs voire sceptiques. Certains continuent d’éprouver ce type de sentiment qui envahit l’esprit humain lorsqu’il s’interroge sur les choses qui ne lui paraissent pas évidentes. Mais il ne viendra à l’idée de personne parmi nous, de tourner dos au sens de l’histoire.
A présent, le doute, la prudence, l’inquiétude, le scepticisme voire la suspicion marqueront encore les rapports entre militants au sein du parti unifié.
Il est de notre responsabilité de créer les conditions objectives d’une confiance durable qui nourrit la conviction politique digne des suffrages de nos concitoyens.
Il nous faut, sans retard nous mobiliser en vue de mobiliser nos concitoyens autour des enjeux vitaux de la nation.
Il nous faut, sans relâche, cultiver la rigueur et l’humilité nécessaires en vue d’enrichir durablement la gouvernance publique de nos contributions politiques.
Il nous faut être, toutes et tous, toujours sur le chantier de la construction de l’Etat et de la Nation en ouvriers résolus, déterminés et fiers.
Alors chers camarades, au travail !
Sur le chantier, encore et encore !
Au travail, pour le citoyen, encore et encore !
Au travail, pour l’Union,
Au travail, pour le progrès,
Au travail, pour le renouveau !
Vive L’union progressiste le Renouveau !
Vive le Bénin !!!
𝗣𝗼𝗿𝘁𝗼-𝗡𝗼𝘃𝗼, 𝗖𝗲 𝟮𝟭 𝗮𝗼𝘂̂𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟮
𝗝𝗼𝘀𝗲𝗽𝗵 𝗙. 𝗗𝗝𝗢𝗚𝗕𝗘𝗡𝗢𝗨




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer