Bénin

Les Démocrates : ‘’ils ont fait leurs preuves et n’ont plus rien à prouver’’, le PCB tacle Houndété et Cie

Rollis HOUESSOU 5/07/2022 à 18:41

À travers son journal intitulé "La Flamme", le Parti Communiste du Bénin (PCB) a critiqué le choix de l’opposition, en l’occurrence celui du parti, Les Démocrates qui décide de prendre part aux législatives de janvier 2023. Pour les « Rouge », participer aux élections n’est ni plus ni ou moins une façon de cautionner les dérapages du pouvoir.

Le parti politique, Les Démocrates de Éric Houndété ne compte plus rester en marge des prochaines législatives. Sur le terrain, les dirigeants remobilisent leur troupe pour cette cause. Mais, il s’agit d’une manière, selon le parti communiste, de cautionner tout ce que fait le pouvoir en place. Pour Les démocrates, prendre part au vote en janvier, c’est libérer le peuple des griffes du pouvoir comme Moïse au temps de Pharaon en Égypte dans la Bible. Mais le PCB par contre désapprouve leur vision et clarifie qu’ils n’ont plus rien à prouver. Ils avaient déjà fait leurs preuves au sommet de l’État. " Le résultat n’était pas reluisant. Ils ne sauraient donc s’autoproclamer sauveurs du peuple Béninois", en décidant d’aller aux élections, estime Philippe Noudjènoumè.

| Lire aussi : Bénin : Georges Otchéré parle de ‘’l’ennemi commun’’ à la mouvance et à l’opposition aux législatives

Pour le professeur et son parti politique, si Les Démocrates prennent part aux élections législatives dans les conditions actuelles, cela voudra dire qu’ils " sont du côté du pouvoir. Ils se sont soumis aux fondamentaux de ce pouvoir, reniant les conditions qu’ils posaient et ont officiellement dévoilé leurs accointances avec le pouvoir de Patrice Talon", a écrit la PCB, le plus vieux parti politique au Bénin.

| Lire aussi : Bénin : une dizaine de morts enregistrés dans un accident de circulation à Oukomou

Peut-être que le PCB a raison d’autant plus que ce que revendiquaient ces opposants il y a quelques années n’a pas changé. " Quiconque s’engagera à participer à des élections sous le régime de la rupture, alors que pleins d’opposants sont injustement en exil, tandis que d’autres croupissent dans les prisons, ferait le jeu du pouvoir", a déclaré le PCB. Non seulement cela sonne comme un avertissement, mais on pourrait en déduire que les alliés d’hier ne sont plus sur la même longue d’onde ou bien qu’il y a clash entre eux.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook