Bénin

Lutte contre le harcèlement s3xuel : les professeurs au Bénin ne doivent plus commander aux étudiantes

L’investigateur 20/06/2022 à 13:19

Décidée à en découdre avec le harcèlement s3xuel en milieu universitaire, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique (MESRS), Madame Eléonore Yayi a évoqué sur l’émission « LE GOUVERNEMENT EN ACTION », les mesures en cours outre la sensibilisation pour y arriver.

En dehors des séances de sensibilisation en cours pour endiguer le phénomène du harcèlement s3suel en milieu scolaire et surtout à l’université, le ministre Eléonore Yayi a laissé entendre que les étudiantes ne seront plus les coursières de leur professeur. « La sensibilisation c’est également vers les enseignants qui ne doivent plus en aucun cas commander aux étudiantes. Ces étudiantes sont allées pour la formation et non pour aller acheter à manger aux professeurs. », a déclaré le ministre. Hormis les efforts des autorités pour aller contre le harcèlement s3suel, des organes notamment l’Organe national de contrôle et d’éthique dans l’enseignement supérieur (Onc), mis à contribution. Son rôle est de statuer en matière disciplinaire et par la suite, confier l’aspect pénal à la justice : cas du harcèlement, le viol, la corruption et les fraudes aux examens ; il doit connaître les violations des règles déontologiques professionnelles, morales et d’éthique dont des enseignants se seraient rendus coupables. Une mesure qui ne vise pas que les professeurs et apprenants de l’Université d’Abomey-Calavi, mais qui sera étendu dans les autres universités publiques.
Le phénomène du harcèlement s3xuel au sein des apprenants prend d’ampleur au Bénin malgré les lois votées récemment par les députés de la 8è législature qui donnent désormais le privilège à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) de connaître des crimes liés au phénomène.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer