Actualité

Madougou : 80 députés français de l’opposition exigent la libération de l’ancienne ministre

Judicaël C. GBETO 28/07/2022 à 22:16

Dans une tribune relayée par la presse française et des questions au gouvernement au Palais Bourbon, des parlementaires français de Gauche ont exigé de leur Président Emmanuel Macron, une discussion franche avec son homologue béninois, Patrice Talon, sur la question des Droits de l’Homme et des Libertés Individuelles. Notamment les cas Reckya Madougou et Joël Aïvo. Ils l’ont exigé avant sa récente visite au Bénin.

80 députés de l’opposition française ont profité du passage du Chef de l’Etat français Emmanuel Macron à Cotonou pour soulever les préoccupations relatives aux libertés politiques et individuelles au Bénin. C’est sous l’élan de l’élu EE-LV et ex-LREM du Rhône, d’Hubert Julien-Laferrière, que près de 80 parlementaires ont, dans une lettre adressée au Président de la République française, alerté et informé sur les difficultés politiques relatives aux prisonniers politiques notamment les cas de l’ancienne Ministre et Garde des Sceaux Reckya Madougou condamnée à 20 ans de réclusion pour « terrorisme » et du Professeur de Droit, le Constitutionnaliste Joël Aïvo, condamné à 10 ans de prison pour « complot contre l’autorité de l’État ». Ils ont espéré qu’Emmanuel Macron « a parlé au président Patrice Talon de la situation des prisonniers politiques dans son pays ». Selon Hubert Julien-Laferrière, « les mois avancent et, à 5 mois des prochaines élections législatives au Bénin, nous ne voyons aucune amélioration du sort des opposants politiques dans ce pays ».

| Lire aussi : Léhady répond à Talon sur la question des détenus politiques  : « il n’est pire sourd que celui qui ne veut point entendre »

Il faut noter qu’avant ces voix externes favorables à la libération des deux personnalités et autres, Patrice Talon avait déjà rencontré les anciens présidents Nicéphore Soglo et Boni Yayi, qui sûrement ne sont pas allés dans le sens opposé aux élus français sur la question.
Il est attendu du Chef d’Etat béninois plus d’actions d’ouverture et d’apaisement à travers la libération de ces deux prisonniers « politiques », à l’instar de la libération annoncée mercredi dernier de 30 détenus de l’opposition.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer

BIENTÔT SUR VOS ÉCRANS







Dernières publications





Facebook