Bénin

Madougou et Aïvo : la chance pour les deux d'être graciés par Talon, selon le ministre de la justice

L’investigateur 4/07/2022 à 09:59

A quelques semaines de la célébration de la fête du 1er août, occasion choisie par le président de la République, souvent pour gracier des prisonniers, les regards sont tournés vers nos prisons. Et pour cause !

L’ancienne ministre Rekyat Madougou et le professeur Joël Aïvo ont-ils de chance d’avoir la grâce présidentielle à l’occasion de la célébration de la fête du 1er août 2022 ? Il s’agit là, de l’une des questions qui taraudent les esprits des Béninois.
En effet, reçu sur la télévision nationale dans l’émission "Gouvernement en Action", le ministre de la justice Sévérin Quenum a abordé la question. Dans ses explications, il a laissé entendre que la grâce présidentielle est une prérogative personnelle du président de la République, exercée par ce dernier avec l’assistance du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Dans son développement, le ministre ajoute qu’il y a des étapes préalables à savoir que : les bénéficiaires soient condamnés et fassent l’objet d’une décision définitive. En plus l’ancien avocat informe que le Chef de l’État Patrice Talon l’a fait par deux fois l’année dernière. "Nous sommes dans une année hautement social et peut-être, ce rapport sera beaucoup plus magnanime", soutient l’invité des confrères de la télévision nationale. Mais pour clore ce chapitre, il admet qu’il ne pense pas que cela puisse s’adresser à une "catégorie de prisonniers". Ce qui induit, selon ses explications que tous les prisonniers qui remplissent les critères pour bénéficier de cette prérogative accordée au président de la République, sont logés à la même enseigne.

| Lire aussi : Bénin : le risque pour Talon d’augmenter les salaires politiques et non pour les agents de l’Etat, selon NDSS

En prison depuis qu’ils ont été visés par la justice lors des violences électorales, l’ancienne ministre Rekyat Madougou et le professeur Joël Aïvo ont été jugés condamnés respectivement à 20 et 10 ans de réclusiοn criminelle en décembre 2021.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer