Bénin

Musique :Gbèzé contre Alèvi, Alèkpéhanhou contre Késsè, Djénontin révèle la guéguerre entre artistes béninois, détails

Rollis HOUESSOU 17/06/2022 à 14:25

Dans l’épisode 6 de sa tribune dénommée" Ma Prophétie", l’ancien ministre de la culture, de l’alphabétisation, de l’artisanat et du tourisme Valentin Djènontin est revenu sur la guéguerre entre plusieurs icônes de la musique Béninoise sous l’ancien Président Boni Yayi. Il a aussi évoqué ses difficultés à les résoudre.

Les conflits entre les artistes de la musique traditionnelle Alèvi et Gbèzé, Allokpon et Kesse , BUBEDRA et certains acteurs culturels sous le régime de Boni Yayi n’étaient pas aisés à gérer. C’est l’essentiel qu’on peut retenir du récit fait par Valentin Djènontin." Il y avait tellement à faire, tellement à innover dans ce Ministère que mon court séjour de 7 à 8 mois ne pouvait suffire à gérer les instances et implémenter les nouvelles idées de relance des différentes composantes du Département pour impulser la nouvelle dynamique naissante", a-t-il d’abord lancé avant de rappeler que " Malgré ce beau tableau, le Ministère ne manquait pas de crises internes entre acteurs que chaque Ministre gère en temps réel ou en différé. Les séquelles des crises passées ou présentes ne cessent d’impacter négativement l’ambiance de travail au sein des artistes et artisans".

Ainsi, Valentin Djènontin avait " La lourde responsabilité de gérer au mieux ces crises ou leurs séquelles pour éviter au Ministère la déchirure entre ses potentiels usagers, acteurs et la perte de ses atouts, opportunités avec les partenaires techniques et financiers et les partenaires sociaux". Il avait donc " à remettre en confiance les acteurs dont certains étaient en guerres intestines féroces caractérisées par des diatribes véhiculées par leurs chansons. Le monde artistique avait été secoué par de violentes dissensions entretenues par certains groupes dans la famille des artistes.", a-t-il écrit.

| Lire aussi : Bénin : un diplomate meurt dans un accident devant l’ex-Marina Hôtel à Cotonou

| Lire aussi : Bénin : recrutement au profit de la Société Béninoise de Production des Matériaux pour le Bâtiment et la Route

Dans son récit, le médecin s’est rappelé des conflits qui ont été les plus compliqués à gérer par son cabinet. "Les cas les plus illustratifs, ouverts et connus du grand public furent par exemple ceux de nos célèbres chanteurs de la musique traditionnelle GBEZE contre ALEVI ; ALEKPEHANHOU contre KESSE ; qui dans une rare velléité à travers des chansons calomnieuses s’invectivaient. Plus que deux ou quatre individus, c’étaient des camps qui s’affrontaient avec des meneurs sous-marins et des relais plus ou moins visibles. L’autre front, aussi préoccupant a été celui du groupe parallèle d’auto défense constitué pour la protection des droits d’auteurs aux côtés de BUBEDRA et mené entre autres par l’artiste TOHON. En effet, la piraterie faisait ravage, appauvrissait les artistes et les privait de la jouissance des fruits de leur labeur." Il explique que c’était une véritable gangrène qui ruinait la corporation.

À l’en croire, certains ne sentant pas leurs droits assez protégés par le BUBEDRA se sont organisés en une force parallèle de lutte qui n’avait pas été sans conséquence au plan sécuritaire et l’unité de la famille des artistes et affiliés."Cette guerre qui a duré un moment a fini elle aussi par s’estomper grâce à des négociations et intermédiations." Car indique-t-il, " Toutes les fois que ces situations se présentaient au Ministère, un mécanisme de médiation soutenue se met en place avec l’aide de plusieurs notables, anciens chanteurs, personnes ressources et les cadres du Ministère pour aider à allumer le calumet de la paix".




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer