Actualité

Bénin : la chicha consommée par les jeunes n’est rien d’autre que la drogue, selon les députés

L’investigateur 24/06/2022 à 17:40

Le ministre de l’Intérieur et de la sécurité publique Alassane Séidou était au parlement hier pour répondre aux questions des députés sur la consommation de la Chicha. Au cours des débats, les parlementaires ne lui ont fait aucun cadeau. Ils plaident pour la prise d’un arrêté interministériel afin de mettre fin au fléau.

Les députés béninois dénoncent l’inertie du gouvernement face à l’ampleur que prend la consommation de la chicha, pourtant nuisible à la santé. Hier au parlement, ils l’ont fait savoir au ministre de l’intérieur et de la sécurité publique Alassane Séidou. Trois questions ont été posées au gouvernement. Notamment les mesures prises pour mettre fin à la consommation de la chicha ; existe-t-il une autorisation accordée aux bars et discothèques dans lesquels se consomme la chicha ; et enfin s’il existe des statistiques au Ministère de la santé par rapport aux affections liées à la consommation de la chicha. A ces trois questions, le ministre Alassane Séidou a donné diverses réponses.

| Lire aussi : France : 12 mois de prison, 3000 £ d’amende pour un Béninois comptable dans une affaire d’escroquerie

| Lire aussi : Bénin : 09 points opposent le patronat au gouvernement, selon son président


De la réponse du ministre aux interventions des parlementaires

Pour le député Nazaire Sado qui a adressé ces questions au gouvernement le 21 septembre 2020, l’exécutif reconnaît les dégâts causés par la consommation de la chicha. Selon ses propos, l’amende proposée pour décourager les consommateurs est suffisamment faible. Raisons pour laquelle il a suggéré la prise d’un arrêté interministériel pour décourager les auteurs. Il a été suivi dans ce sens par l’honorable Bénoit Dègla qui a fait remarquer que la chicha est dangereuse. " Consommer la chicha pendant une heure équivaut à plus de deux paquets de cigarettes. S’il y a un texte qui interdit la cigarette, il faut la réviser comme la chicha est plus dangereuse que la cigarette et dire comment la consommer...", a-t-il déclaré avant de plaider pour la prise d’un arrêté interministériel en attendant une législation appropriée.
Pour finir, l’auteur des questions adressées au gouvernement a félicité les préfets ( NDRL prise d’arrêtés préfectoraux l’an dernier pour interdire la consommation), pour les initiatives prises contre ce fléau par le passé.
Pour le député Florentin Tchaou, la consommation de la chicha doit être encadrée puisqu’il s’agit d’une question économique. Son collègue Sanni Mama dira qu’il est temps que les autorités prennent leurs responsabilités car, ce phénomène, a-t-il déploré, décime la jeunesse. Il propose que la loi contre le tabagisme soit corsée et que l’importation de la chicha soit interdite. L’honorable Bio Gounou quant à lui, opte pour une urgence face à ce problème de santé publique. Le député Aguêmon Badirou de sa part, a déclaré selon une étude qu’il a commanditée, que la chicha "consommée par les enfants n’est rien d’autre que de la drogue et ce n’est que dans 10 voire 15 ans qu’ils développeront de graves pathologies". Face à ce phénomène, il a opté pour l’utilisation de la loi contre le tabagisme.
Rappelons que les débats se sont déroulés sous les ordres du président du parlement Louis Vlavonou.




 
 

 
 
 

Autres publications que vous pourriez aimer